War Game

Autres themes sur Herowars
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

Pour ta culture perso, voici les principes de base cote tactique avec le type d'unites qu'on manipule.
Comme tu le remarqueras, presque tout est en anglais. En France, letude de l'histoire militaire est marginale.

1) The key to success is combined arms (cavalerie lourde, infanterie lourde, tirailleurs, cavalerie legere, etc...), not a preponderance of strength in one type

2) Use your troops for what they were designed for. Use skirmishers to skirmish, shock cavalry as shock cavalry

3) Weaken the enemy with skirmishers, and then smash overwhelming force into a single, critical point of the enemy line

4) Aim to disrupt the enemy line. Punch a hole in the middle of it; or attack then roll up a flank
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

Par la suite, voici des conseils d'utilisation des grands types de troupes :

The Regulars
Drilled or regular foot supported in a 'combined arms' way by smaller numbers of light troops and horse
Hoplite Greeks; Macedonians and Successors; Imperial Romans

Various contributors pointed out that this army type should really be divided into two sub-types: those regular, drilled, close order troops whose prime aim was to melee and those whose prime aim was to blow the enemy away with concentrated missile fire.

This is a fair point, so let’s deal with each in turn.

For those Regular armies whose main strength is melee, one basic principle emerges: get stuck in to the main enemy force as soon as possible. This holds despite the fact that the tactics used by the Macedonians, Romans and Hoplite Greeks were all slightly different. Alexander used his heavy infantry to pin enemy units, then smashed his shock cavalry into the critical point of the enemy line.

The Romans used their heavy infantry as a grinding force that wore down an enemy army through its ability to replace units in close combat, and also used their flexible system to allow them to reinforce weak areas or exploit gaps in the enemy’s line. Hoplite tactics were pure grind: trying to break an enemy’s line by continual pressure.

Whatever the actual army used, the wargaming application is largely the same. If you are fielding an army whose strength is drilled 'heavy' infantry (Regulars/Melee) then your tactical aim must be to engage your opponent’s main strength with yours as fast as possible: either to pin them to allow your combined arms forces to strike elsewhere (Alexander but not necessarily other pike leaders), or to grind them down (Romans, Hoplites).

Don’t forget that you must be careful to protect the flanks of your valuable infantry as you advance them into combat: and that this will usually involve countering enemy skirmishers or cavalry. Players must also remain focussed on the tactical aim of entering close combat with the main enemy body, and not fritter away their Regulars/Melee on other battlefield tasks. That’s what the Auxilia are for. Finally, only commit them when you have identified where the enemy main strength is on the field

The opposite tactics apply to Regulars whose primary strength is missile fire (e.g. Classical Indians, Achaemenids). Here, the tactics are to avoid combat for as long as possible and, as one contributor put it, “shoot, shoot, shoot”.

Find a good spot on the battlefield, preferably behind a defensive obstacle that borders an area of poor quality, but open, terrain (think Agincourt) and sit and wait for the enemy to attack. When actually deploying your troops, work out the fields of fire of your Regulars/Missile troops, making sure you have covered all approaches and exploited cross- or concentrated fire opportunities whenever possible i.e. into an advancing enemy’s flanks, and/or having more than one unit able to hit the same enemy. The more aggressive commander might also want to keep an eye out for the moment to launch a battle-winning counter-charge as the enemy reels back from a failed attack.

In conclusion, using Regulars is relatively simple. If their speciality is melee, go forward. If their speciality is missile power, stay back!
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

The Warbands
Any irregulars armed with light spear and shield!
Celts; Norse; Saxons

Warband armies are those such as the Ancient British that are made up of large numbers of average quality, irregular foot, armed with light spears and shields, supported by similarly armed light or medium horse, and large numbers of missile-firing light infantry.

I believe that they are the most challenging type of army to use, as they have the command and control problems associated with their tribal nature, combined with the fact that, troop type for troop type, they usually don’t fight as well as the armies that they are likely to face. The ‘average’ unit of Celts stands very little chance of success in a straight melee with an ‘average’ unit of Roman legionaries.

The key to success with Warband armies is to use your whole infantry force like Alexander’s Companions: striking with overwhelming numbers at a single point of your opponent’s line and relying on your support troops to hold off the rest of the enemy army until you have broken him there

Warbands do best to attack near a flank of a solid line of "Regulars", especially if they can overlap one edge. Rather than lining up your men evenly across the field, heavily weight one end of your line and aggressively attack that end of the enemy’s battle line with everything you’ve got. The one thing to avoid is to get sucked into the “mincing machine” of a frontal melee against Regulars/Melee troops. Likewise, a “Light Brigade” charge into the front of a line of Regulars/Missile troops
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

The Cavalry
Heavy, extra heavy or noble cavalry supported by light cavalry or horse archers, with maybe the odd infantryman to rally behind
Mongols; Ayyubids; Turks

Cavalry armies are fast-moving armies with a devastating combination of (a) massive missile firepower delivered by light cavalry and (b) powerful charges delivered by shock cavalry.

The formula for success is actually very straight forward.

The light cavalry skirmishers use their mobility to shift about the battlefield and pour fire into the stationary enemy. The enemy is almost always outnumbered in the cavalry arm so must either hold it in reserve or watch it get destroyed. If the enemy is foolish enough to charge the horse archers, they fire and retire, drawing the advancing enemy further and further from their supports. Without a fast striking force to interfere, the horse archers will fire and fire, careful to avoid any infantry missile men that can out range them.

After a period of time during which the enemy has been weakened, the heavier cavalry charges. Ideally the targets of the charge have been so decimated by archery fire that they don't even stand. The skirmishing horse is now thrown in pursuit of the fleeing enemy, turning defeat into rout.

One aspect of this army overlooked by most rules systems is their ability to pursue the enemy after the battle
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

The Knights
Heavily armoured knights supported by peasants who deserve to be ridden down, except for those lovely English long-bowmen
Medieval French; 100 Years War English

Knights armies generally comprise a limited number of lance-armed, super-heavy, armoured cavalry supported by similar number of skirmishing light cavalry, and a body of below average quality infantry armed either with bows/crossbows or long spears. They are sometimes split from the Ancients period into a separate Medieval period, representing the fact that they are just too technologically superior

The temptation is to use the armoured knights themselves for an all out charge at the very heart of an enemy line. This is often doomed to failure because, after an initial success, the knights are overwhelmed by superior numbers of inferior troops. The small number of knights available also makes them vulnerable to mass missile fire: Agincourt and Crecy being perhaps the most familiar examples, but light horse archers are very dangerous as well.

The knights should be saved for a smashing attack similar to that of heavy chariots or shock cavalry, above, but taking into account the fact that they are so effective in a charge that they can often succeed where the chariots/cavalry would fail. The trick is therefore to make your opponent expose a weak point you can charge: the problem is that you often won’t have the support troops to force this.

As above, again, light cavalry and missile-armed infantry should be used to tempt the enemy into over-extension. At Agincourt, it wasn’t until the English archers snuck forward into range and fired an ineffective but annoying volley of arrows that the French knights charged them: attacking piecemeal in their eagerness to get at their socially inferior tormentors.
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

Et le must : s'inspirer de l'histoire.
A mon humble avis, Hannibal est le plus grand tacticien de l'histoire.

Voici l'une de ses plus belles victoires contre les romains :

CANAE, Italie, 216 avant JC

Les Romains commandés par Varron et Paul-Emile disposaient de 70.000 hommes
dont 6.000 cavaliers. Hannibal pouvait déployer 50.000 hommes dont 10.000 cavaliers.
L’armée carthaginoise était exclusivement composée de mercenaires.

Les Romains placèrent comme d’habitude au centre 60.000 hommes formés sur les
trois lignes traditionnelles, mais choisirent d’en augmenter la profondeur, ce qui provoqua une réduction de leur front.
La cavalerie
romaine formait l’aile droite et la cavalerie alliée formait l’aile gauche. Les deux consuls se placèrent chacun au commandement d’une aile. Varron était le général en chef ce jour-là. Deux autres consuls avaient le commandement
du centre.

Hannibal ayant étudié ce dispositif, plaça au centre les fantassins espagnols et
gaulois, qui étaient peu protégés, et assura chacun de leurs flancs par des fantassins africains armés à la romaine.
Ce centre, formé de 40.000 hommes, se trouvait un peu plus large que celui des Romains.
Hasdrubal et les cavaliers espagnols et gaulois formaient l’aile gauche, Hannon avec la cavalerie numide formait la droite. Une fois le déploiement achevé, Hannibal fit avancer de quelques dizaines de pas les soldats formant la partie centrale de son infanterie espagnole et gauloise, en ordonnant que les soldats formant les flancs restent à la hauteur des Africains.
Il en résulta que le centre de la ligne carthaginoise prit la forme d’un croissant saillant vers l’ennemi.

Pourquoi une telle disposition ?
En raison de la mission même du centre qui devait provoquer les Romains pour les amener à se porter vers l’avant et reculer lentement devant eux.

La bataille est ouverte par l’attaque de l’aile gauche carthaginoise sur son homologue
romaine. Les cavaliers romains sautent à terre pour combattre de près et sont massacrés par les Espagnols.

Au même moment, le centre romain formé par les légions, s’avance vers les fantassins gaulois et espagnols dont le centre est saillant. Ils encaissent très mal les jets successifs de pilums, étant peu protégés, et sont sévèrement bousculés par les légionnaires qui viennent au contact.
Sous le choc de cette masse, les Espagnols et les Gaulois tournent les talons et reculent. Mais les Africains, lourdement équipés comme des légionnaires, résistent
bien mieux et ne bougent pas, assurant ainsi la stabilité de la ligne.

Le centre prend une forme de croissant ployé vers l’arrière, formant une sorte de poche dans laquelle les manipules romains, en ordre serré et profond, s’enfoncent de proche en proche, ceux des ailes cherchant à couvrir les flancs de ceux du centre et s’en rapprochant d’autant sont comme « aspirés » dans la poche.

L’ensemble finit par former une sorte de coin qui pouvait potentiellement rompre le fond de la poche, si ses côtés n’avaient pas été distendus.
Mais ils le sont.
Les Africains effectuent alors un pivotement vers la droite et la gauche et avancent vers les bords de cette masse inarticulée, les manipules se gênant les uns les autres.
L’ensemble se décompose en combats de manipules isolés.
Mais la situation reste indécise.

La cavalerie va faire la décision. A l’aile droite les Numides neutralisent la cavalerie
alliée, mais ne parviennent pas à la refouler.
C’est à ce moment qu’Hasdrubal arrive à la rescousse avec ses hommes, et prend la
cavalerie alliée de flanc. Elle se replie alors, poursuivie par les Numides. Hasdrubal se retrouvant sans emploi, fait pivoter ses cavaliers et prend le centre romain à revers.

L’encerclement est total, et c’est le massacre.

Seuls 10.000 Romains parviendront à s’échapper : ceux qui auront percé la poche.

Pour donner l'ampleur de la boucherie et de l'horreur que cela a du etre, un historien anglais a calculer qu'une fois la bataille engagee, il y a eu 600 legionnaires tues chaque minute en moyenne ! :wacko:

Et la prochain fois, si t'es sage : le chef d'oeuvre d'hannibal, qui est pourtant sa defaite finale ainsi que la fin de carthage et des guerres puniques...
Last edited by Master JC on 10 Jun 2005, 21:13, edited 1 time in total.
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

J'ai zappé le fait qu'on avait dit qu'on jouerai des batailles d'entrainements pour les nouvelles regles.
Si ca te tente, j'ai trouve des scenar qui sont interressants
comme je ne peux pas mettre de pieces jointes dnas cette partie du forum, je te l'ai envoye par mail
User avatar
Gundar
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 15188
Joined: 27 Oct 2003, 11:31
Contact:

Post by Gundar »

Et la suite de hannibal !
Le maitre de jeu est bon ...
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

UP
et :
Comme promis : la bataille de Zama 202 av JC

Situation
Apres des dizaines d'annees de guerre, Rome est tout pret de l'emporter contre Carthage.
A tel point que les romains debarquent en afrique du nord et menacent la cite punique elle meme
Hanibal retourne alors chez lui avec ses veterans et se prepare a defendre sa patrie contre le general romain Scipion

La bataille aura lieu sur la plaine de Zama, pas loin de carthage.
Chaque armee a environ 35-40000 hommes.
Hanibal a l'avantage d'avoir des fantassins veterans qui lui font une confiance aveugle, mais epaules par des renforts sans experience.
Il a aussi un fort contingent d'elephants

De son cote, Scipion a une infanterie bien entrainee, et a l'avantage absolu en terme de cavalerie, grace a la trahison des numides qui sont passes dans le camp romain

Le deploiement
Le genie de Scipion :
L'infanterie romaine se deploie sur les 3 lignes traditionnelles MAIS, scipion laisse volontairement un espace entre les manipules, selon garnie par des velites (tirailleurs)
L'aile gauche est constituee de la cavalerie italienne, et l'aile droite de l'excellente cavalerie numide

Le genie d'hanibal
Les carthaginois se deploient aussi sur 3 lignes :
d'abord les mercenaires, puis les carthaginois debutants, et les veterans a l'arriere
Les elephants sont places tres en avant
Les ailes sont occuppees par la cavalerie a sa disposition

La bataille commence
Les tirailleurs entrent en action, et il y a quelques accrochages de cavalerie, mais les choses serieuses commencent avec els elephants
L'utilite de ces betes est de terroriser l'adversaire pour le desorganiser
Mais pas cette fois.
Le deploiement imagine par scipion entre en jeu, et les velites harcelent els elephants pour les canaliser et les obliger a emprunter l'espace laisse libre entre les manipules.
La charge des elephants a donc fait long feu !
En realite, certains cormac ont reussi a faire faire demi tour a leurs betes, pour attaquer les fantassins romains a l'arriere, mais les dommages causes ont ete beaucoup plus faibles que ce que pouvait en esperer Hanibal au depart

Immediatement apres la charge des elephant, les romains chargent massivement
Comme on peut s'y attendre, la cavalerie carthaginoise est bousculee et fini par craquer, mais la cavalerie romaine est entrainee a sa poursuite et quitte le champ de bataille.
Prevu ou pas par hannibal ? Difficile a dire... Ce dont on est sur, c'est que la cavalerie romaine n'a pas recu d'ordres pour faire demi tour, ce qui montre la confiance que Scipion avait en lui et ses legions, et que la cavalerie carthaginoise n'a pas beaucoup resistee avant de faire demi tour au triple galop en entrainant ses adversaires...

Cette fois la situation est claire : si hannibal veut gagner, il doit l'emporter avant que la cavalerie romaine ne revienne sur ses arrieres, et il doit le faire en ecrasant les legions romaines.

Scipion utilise alors la tactique qui lui a si bien reussi par le passe : il utilise la troisieme ligne romaine, qui entre rarement en action d'habitude tellement les 2 premieres sont efficaces, pour etendre son front en placant ces legionnaires sur les cotes des 2 premieres lignes.
Ainsi, il peut ensuite les rabattre pour prendre son adversaire sur les flancs

L'infanterie des 2 camps charge.
Les romains sont d'abord arretes par les mercenaires d'hannibal, mais ils finissent par craquer devant l'efficacite des legionnaires
Une panique commence a gagner les rangs des carthaginois
Mais a ce moment, scipion comprend avec horreur le plan d'ahnibal : les fuyards carthaginois sont rattrapes par les veterans, et place sur les cotes de la deuxieme ligne !
Hannibal retourne la tactique de scipion contre celui ci !
En effet, l'avantage en nombre de l'infanterie carthaginoise, garantit a hannibal d'avoir un front au moins equivalent a celui des romains, et une profondeur qui lui permet de "pousser" plus efficacement, et de remplacer ses premieres lignes sans probleme alors que les romains n'ont que 2 lignes...

Neanmoins, les romains ne craqueront pas, montrant ainsi qu'ils ont accede a un niveau d'excellence.
Meme les veterans d'hannibal n'y feront rien
On raconte que certains veterans romains etaient deja present lors de la bataille de cannae ou ils avaient ete ecrase et puni par le senat pour avoir ete vaincu. Ils auraient donc voulu se racheter a n'importe quel prix, et n'auraient pas ceder un pouce de terrain aux veterans carthaginois.

Le retour de la cavalerie
Malgre son plan, Hannibal s'est heurte a des legions inebranlables. Elles ont soufferts, mais elles n'ont pas craquees suffisemment vite : la cavalerie romaine est revenue sur les arrieres carthaginois.
La bataille etait perdue

On dit que les carthaginois ont eu 20000 tues, et 20000 prisonniers
Pour le sromains, on en sait rien, mais les estimations parle de 5000 tues

Pour la petite histoire, Hannibal s'exila au service d'un roi oriental ennemi des romains. Il ne fit plus vraiment parler de lui par la suite.
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

j'espere que comme prevu on aura pas de grande bataille a jouer dans l'immediat, car il y a une V2 de "strategos" qui est en preparation et sortira en novembre/decembre

L'esprit du jeu restera identique, donc voici des conseils que j'ai trouve a droite ou gauche ou que j'ai decouvert par moi meme en testant le jeu en solo (en italique car je suis pas sur de moi n'ayant pas beaucoup joue) :

1)
L'esprit du jeu consiste a maximiser le nombre d'attaque.

Cela pousse a BIEN reflechir sur son deploiement et sur les forces que l'on deplace dans les zones afin de toujours avoir le nombre et les types d'unite qui permettent d'obtenir le nombre max d'attaques

Cela pousse aussi a tenter des prises de flancs pour attaquer de plusieurs endroits a la fois et de faire baisser le moral adverse

Et quand cela n'est pas possible, cela pousse a creer des groupes mixtes cavalerie/infanterie car la cavalerie a moins d'attaque et n'est pas avantagée face a des HI.
Donc si elle ne peut pas prendre de flanc a cause du terrain ou de l'adversaire, il vaut mieux la grouper avec de l'infanterie plutot que de faire des groupes de cavalerie


2)
Il faut maximiser le nombre d'unite dans chaque zone d'attaque afin de rendre ces zones tres solides
Toutefois, ca ne doit pas etre une excuse pour negliger les ailes


3)
dans les combats de cavalerie, celui qui attaque en premier est avantagé car il affaiblit son adversaire avant l'attaque de celui ci
=> utiliser le mouvement double !

Ce n'est pas le cas entre infanterie ou les combats sont plus equilibre

4)
La cavalerie est desavantagee face a l'infanterie lourde
L'auteur du jeu est d'accord, et cela sera corrige dans la V2

Cela amene a dire que la cavalerie ne sert qu'a prendre de flanc en profitant de sa mobilite ou a attaquer des unites sensibles a ses attaques (LI par ex)

Cela amene une regle speciale supplementaires avec un nouveau sous-type de HC : les chevaliers (K comme knight) qui ont un bonus de +1 au combat mais qui sont impetueux et doivent toujours tenter des attaques a outrance

5)
Des que cela ne reduit pas trop le front, garder des unites en reserve
Cela permet de remplacer les unites de premiere ligne qui ont pris des pertes et de les remplacer par des unites fraiches

c'est la premiere fois qu'un jeu rend bien compte de l'effet des reserves !

Je completerai ce post avec ce que je trouverai plus tard
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

Resume de l'excellent "Le guerrier de l'antiquite classique" de l'historien italien Brizzi, et traduit en francais par Y Le-Bohec, le specialiste francais de l'histoire militaire de l'antiquite

A l'origine : le hero solitaire
Le hero = guerrier individuel dote de caracteristiques physiques et de furie au combat qui le designait comme possede par la faveur des dieux.
Plus le heros etait fort, plus il etait possede par les dieux

Cela explique que certaines batailles (grece notamment) soient resolues simplement par un duel entre heros, puisque celui qui gagne est celui qui est le plus favorise par les dieux qui designent ainsi le camp qu'ils veulent voir gagner.
Symbole de ce type de combattant = Achille

L'hoplite
Peu a peu, va se substituer a l'image d'achille, celle du duo Diomede+Ulysse, association de la force et de la ruse, qui permet de se sortir de toutes les situations
D'ou l'idee d'associer les combattants => creation des premieres veritables unites militaires commandées par des "strateges"

En parrallele, une nouvelle arme est inventé : "l'hoplon", grand bouclier qui donnera son nom a l'hoplite.
Or ce bouclier protege non seulement le flanc gauche du porteur, mais aussi le flanc droit de son voisin, obligeant ainsi toute l'unite a s'entre aider, et surtout a garder une grande cohesion : avancer ensemble et au meme rythme en restant groupe
=> naissance de la phalange

La phalange macedonnienne
Les macedoniens etaient trop pauvres pour se payer la panoplie de l'hoplite, et ne pouvaient donc pas rivaliser avec les hoplites grecs plus lourdements proteges.
Le pere d'Alexandre a alors eu l'idee d'armer ses soldats avec une sarisse, lance beaucoup plus longue que les lances des grecs, et de limiter le bouclier pour tenir la sarisse a 2 mains et d'alleger l'armure.
En effet, de part sa longueur, la sarisse se revele etre une arme offensive interressante car elle permet a plus de lignes de combattre et augmente donc la force de poussee de la phalange, mais se revele aussi etre une arme defensive en presentant une foret de pointes a l'adversaire qui a du mal a s'approcher pour frapper son ennemi.
Enfin, par la suppression du bouclier, le "decalage vers la droite" (1) des phalange greques etait resolu

(1) : intuitivement, chaque homme essayait de beneficier de plus de protection possible, et se decalait donc vers le bouclier du soldat d'a cote qui protegeait son flanc. Comme le bouclier etait porte a gauche, cela creeait un decalage vers la droite.
Cela etait tres genant pour plusieurs raisons mineures et une tres importante : cela oblige a mettre les meilleurs soldats a droite, pour resister a cette pression => tres peu de creativite tactique est possible car les placements sont connus d'avance, a quelques experiences pres
=> il arrive qu'aucune decision n'interviennent car les phalanges "tournent" sans s'enfoncer et donc sans designer de vainqueur !

Alexandre
Son pere d'abord, mais surtout Alexandre a revolutionne la facon de faire la guerre des grecs en apportant 3 nouveautes :
- l'utilisation des phalanges de facon defensive
- l'utilisation systematique de "ruses", de creations tactiques
- la creation de nouveaux types d'unites

Pour alexandre, les phalanges etaient de veritables forteresses mobiles sur lesquels venait s'ecraser les ennemis.
Donc en "fixant" l'adversaire avec ses phalanges sur une partie du champ de bataille, alexandre pouvait ensuite les prendre a revers avec ses unites d'elite, et en particulier ses cavaliers.
On est tres loin des guerres greques ou la regle etait de foncer droit devant, phalange contre phalange !

De plus, l'introduction d'unite comme les peltastes, unites moyennes tres agiles, qui pouvaient combattre en terrain difficile, tres handicappant pour des phalanges, permet de faire face a toutes les situations tactiques

Les immenses succes d'Alexandre ont apporté aux strateges qui lui ont succedé la croyance en une organisation invincible basée sur la phalange.
Cette croyance allait durer pres de 2 siecles, jusqu'a ce que Rome impose la legion.

La legion romaine
Les romains, "heritiers" plus ou moins lointain des grecs (ils se disaient descendants d'enee, le prince de troie), ont forcement eu les memes interrogations que les grecs sur l'organisation de l'armee.
Mais a la difference des grecs, les romains n'ont pas tranche entre force brute individuelle et force du collectif. Ils ont donc choisi une solution intermediaire qui mixte les 2 : la legion.
Hors, au premier abord, cette indecision peut paraitre handicappante car cela aurait du amener a une force n'ayant ni la force brute des combattants individuels, ni la force collective des unites. Bref, avoir les desavantages des 2 sans avoir les avantages

[color=#ro:red](a suivre)[/color]
Last edited by Master JC on 19 Aug 2005, 13:16, edited 1 time in total.
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

La suite, donc :

La legion manipulaire :

A l'origine, comme toutes les cites italiennes, les romains se battaient "a la greque" : sous forme de phalanges formees par les citoyens de la cite capable de se payer la panoplie
Mais lors de la guerre contre les tribus italiennes du centre, et en particulier les samnites, les romains durent se battre sur un terrain tres accidente, voir montagneux ou la phalange etait inadaptee.

Ils transformerent alors la phalange, mais dans le sens inverse des grecs : non pas vers plus de lourdeur et de solidite, mais vers un systeme plus souple et individualiste : le systeme manipulaire

La legion manipulaire est divisée en petites entités autonomes (les manipules) d'effectifs egaux.
Ces entités sont déployées sur plusieurs lignes en quinconce, avec des espaces entre elles egaux à la place occuppee par une manipule.
Cela n'offre par le front compact des phalanges, mais la discipline des legionnaires est telle que les lignes sont capables de s'entre aider en reculant devant l'ennemi pour laisser la manipule qui se trouve derriere, avancer pour la remplacer.
Ainsi l'ennemi combat constamment des troupes fraiches alors que lui meme s'epuise.
De plus, l'obligation de maintenir un bloc homogene comme pour la phalange n'existant plus, les legions sont moins sujettes aux difficultes du terrain

L'autre evolution apportee par la legion est le pilum, javelot allourdi par une partie en fer. Celui ci etait lance juste avant l'impact grace a la discipline des legionnaires capable d'attendre le dernier moment pour un maximum d'efficacite.
Il semblerai que cette arme faisait des dommages non negligeables (guerre contre Pyrrhus pas exemple)

Chaque legion etait formee de 3 lignes + 1 ligne de tirailleurs (les velites)
Les 2 premieres lignes formees des Hastati et des Principes, se battaient a l'epee et non plus la lance, ce qui laisse une plus grande place a la technique individuelle.
La derniere ligne, formee des Triarii comportait les soldats les plus lourdement armés, heritage direct de la phalange. En effet, ils se battaient avec une lance en formant un front unis.
Leur role etait totalement defensif afin de proteger la legion lorsque les 2 premieres lignes ont "craquees" pour leur laisser une chance de se reconstituer a l'arriere.

Ainsi, les romains ont "evolues" de facon opposes aux grecs, pour proposer une organisation militaire alliant a la fois la discipline (manoeuvres complexes des manipules), et la technique individuelle (combat a l'epee)

Organisation Manipulaire :

hastati.................hastati.....etc...
hastati.................hastati

...........principes..............principes.......etc...
...........principes..............principes

triarii.................triarii.................triarii.....etc...
triarii.................triarii.................triarii


La tactique : les guerres puniques
A l'oppose des grecs qui mettant en avant les capacites d'innovations tactique de lerus strateges, et leur maitrise des "stratagemes", les romains, tres attaches a leur vertue de "fides" (intraduisible : melange de fidelite a la cite, de devoir envers la communaute, et sorte de sens de l'honneur), voyaient avec horreur l'emploi d'autre chose qu'une lutte sans trahisons (pas d'ambuscades ou d'attaques par derriere par ex).

Cela changeat apres les desastres rencontres contre Hannibal, le maitre inconteste des "stratagemes".
A ce moment la, Rome compris que pour survivre, il fallait changer.
Cela ouvrit la voie a Scipion, qui inventat une nouvelle tactique d'enveloppement se basant uniquement sur les legions (cf description de zama)
Last edited by Master JC on 24 Aug 2005, 09:49, edited 1 time in total.
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

Consequences des guerres puniques : l'imperialisme
Rome fut traumatisée par les guerres contre Hannibal.
D'abord parcequ'avant les guerres puniques, Rome se croyait invincible et voyait en l'italie une zone ou elle etait en securite.
Hannibal fit voler en eclat cette croyance et demontrat que meme les allies italiens etaient peu fiables, pres a se revolter a la moindre opportunite.
Se fut un traumatisme pour Rome
D'autant plus que la guerre fit enormement de victimes. D'apres des etudes basees sur les resultats des recensements romains, on estime le nombre de victimes uniquement pour l'italie, a au moins 200 000, civils inclus, ce qui est colossal pour l'epoque.

Cela modifia en profondeur la politique exterieur romaine .
En effet, apres la difficile victoire contre carthage, Rome chercha absolument a se proteger, consciente qu'une nouvelle guerre de ce genre marquerai sa fin.
Et elle chercha les moyens de sa protection en se militarisant et en intervenant dans les affaires des pays limitrophes de la mediterrannee avec pour objectif d'empecher absolument qu'un etat gagne suffisemment en puissance pour menacer Rome.

Cela mena Rome a se meler de plus en plus a des affaires locales ce qu'elle fit souvent maladroitement par meconnaissance des peuples et des coutumes.
Il en resultat que Rome se retrouva melee a des guerres qu'elle gagna facilement
Ces victoires répétées amenerent les pays de la mediterrannee a craindre Rome qui put imposer ses vues
Mais qui fut aussi de plus en plus sollicite par les peuples "faibles" pour resister aux "forts", entrainant Rome dans une succession de conflits.
Partout victorieuse, Rome imposa des conditions de victoires souvent defavorables aussi bien aux agresseurs qu'a ses victimes, d'ou mecontentement et nouvelles menaces.

Devant l'echec de cette politique dont les resultats etait une mefiance envers Rome qui poussaient les etats a s'allier contre elle et donc a entrainer la republique dans des guerres sans cesse repetees, Rome changeat radicalement de politique vers -150 et se lanca dans une politique imperialiste par des annexions brutales et sans conditions qui auraient horrifies les romains il y a seulement 2 generations...

Legion et phalange
La question de savoir quelle est l'arme la plus efficace entre phalange et legion passionne les historiens depuis l'antiquite jusqu'a nos jours, avec derriere la question : "et si alexandre s'etait retrouve confronte a Rome ?"

Cette question est sans interet.

En effet, une phalange seule (sans les troupes protegeant ses flancs ni cavalerie), confronté a une legion seule (idem) se verra inexorablement detruite.
En effet, l'organisation manipulaire permet aux premieres lignes de la legion de harceler la phalange pour l'epuiser par des attaques repetees de manipules avancant puis reculant lorsque la pression est trop forte. Rien que l'effet des pilum serait epuisant pour la phalange.

Ces attaques laisseraient le temps aux autres lignes de la legion d'executer la manoeuvre inventée par Scipion pour attaquer la phalange de flanc
Or les hoplites ne sont ni equippes ni entraines pour les combats au corps a corps, et seraient donc detruits par les legionnaires.

Mais dans la realite, ce cas ne se presente jamais.
D'abord parcequ'une phalange ne se bat efficacement qu'en terrain parfaitement plat, ce qui est assez rare, et donc facilement evitable par son adversaire qui peut en general refuser le combat dans ces conditions
Donc dans la majorite des cas, une armee de legionnaire choisira d'affronter des phalanges en terrain plus accidente car elle sera moins desavantagee que la phalange
Conclusion : dans la majorite des cas, la legion l'emportera de part son organisation plus souple et malleable que la phalange

En imaginant qu'une bataille entre ces 2 types d'armees ait lieue en terrain plat, la question de la superiorite entre phlange et legion n'aura aucun interet non plus car la difference se fera systematiquement par la cavalerie : le camp qui aura la superiorite dans ce domaine sera en mesure de prendre a revers les unites d'infanterie lourdes adverses, et gagnera donc dans la majorite des cas

Nouvelle reforme de la legion : les cohortes
En heritage de sa victoire contre carthage, Rome occuppa le sud et l'est de l'espagne.
Le centre et l'ouest de ce pays etait occuppe par des tribus barbares, principalement les lusitans et les celtiberes, qui lancaient des raids contre les terres plus civilisees.
Pour assurer la securite de ces regions, Rome decida de pacifier le centre de l'espagne, ce qui entraina une "guerre" de plusieurs decennies qui obligeat rome a revoir l'organisation de ses legions

En effet, tout comme les guerres du centre de l'italie, les combats eurent lieus en zone accidentees avec des chemins difficiles d'acces.
Les manipules ayant ete creees pour pouvoir se battre dans ces conditions, on peut imaginer que les legions gardaient une certaine efficacite malgre tout.

Mais l'adversaire etait tres different du samnite.
En effet, les celtiberes sont de redoutables combattants bien armes dont la charge est terrible et que le systeme manipulaire a du mal a encaisser.

Cela amene les romains (sans doute encore Scipion), a creer un systeme plus dense en regroupant les 3 lignes de hastati, principes et triarii en une seule unite appelee cohorte
Ainsi, on a plus une serie de lignes de combattants separes qui interviennent a tour de role, mais une formation compacte formee des 3 types de legionnaires.
Il semblerai toutefois que le systeme de placement en quinconce soit conserve, pour permettre aux cohortes de se remplacer en premiere ligne

Ainsi donc les romains ont mis au point un systeme a la fois souple compose de petites unites autonomes capable de se relayer en premiere ligne, mais avec la profondeur necessaire pour resister a des assauts violents

Cette organisation va demontrer une efficacite jamais dementie pendant plusieurs siecles.

Cohorte :

hastati...................hastati
principes................principes
triarii.....................triarii

.............hastati
.............principes..................etc...
.............triarii

[color=#ro:red](a suivre)[/color]
Last edited by Master JC on 24 Aug 2005, 09:45, edited 1 time in total.
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

La professionalisation

Devant les difficultes de recrutement pour cause d'eloignement et de duree du service militaire, le général Marius fit une revolution : accepter dans ses legions tous les citoyens romains quelque soit leur niveau de possession (meme s'ils n'avaient rien) en echange d'un salaire
Il crea ainsi l'armée professionnelle romaine

Les consequences furent enormes car cela créa un lien de dependance entre l'armee et ses chefs : un chef aimé et genereux pouvait compter sur la fidelite sans faille des legions, meme pour marcher sur Rome...

Auguste, le premier empereur, reussi a briser ce lien de dependance en decretant que l'empereur serait le commandant en chef de toutes les armees et que les salaires, les recompenses et les retraites ne pouvaient etre versees que par l'etat.

Cela dura environ 2 siecles, puis lors d'apparition de periodes de crises, l'armee se mit a "faire les empereurs" de plus en plus souvent d'ou une succession de guerre civile qui affaiblissaient l'empire

La guerre contre une armee de cavaliers : les parthes

La bataille de Carrae qui vit l'aneantissement des legions de Crassus marqua un terrible traumatisme dans les esprits romains.
Mais comment Crassus se fit il battre alors qu'il disposait d'un outil d'une efficacite jamais mis en defaut ?
[color=#ro:red]
(a suivre)[/color]
User avatar
Master JC
L'équipe Sartar.net
L'équipe Sartar.net
Posts: 17499
Joined: 16 Sep 2003, 18:31
Contact:

Post by Master JC »

Carrae

Crassus (1) tomba dans un piege, et il amena son armee insuffisemment preparee au contact contre les parthes.
En effet, il avait une meconnaissance totale de l'armee Parthe et du terrain et ne fit rien pour y remedier.
Totalement confiant dans ses legions, il ne chercha pas a les encadrer avec des auxiliaires comme de la cavalerie par exemple ou des archers

Donc apres une marche harassante en territoire quasi desertique, mené par des guides qui etaient en realite des traitres et firent des detours sous un soleil de plomb, les legions de crassus se trouverent face a l'armee Parthe dans un grand etat de fatigue

L'armee Parthe etait constituee de nuees de cavaliers legers charges d'harceler et d'affaiblir l'adversaire en evitant le contact grace a leur grande mobilite, et d'un noyau de cavalerie tres lourde constitue de la noblesse, chargee de porter le coup de grace

Les parthes envoyerent leurs cavaliers legers qui commencerent leur travail de sappe.
Le moral declinant car les cavaliers ne pouvait pas etre atteint par les armes a disposition des romains, Crassus commis une premiere erreur : il groupa ses legions au lieu de les disperser, ce qui permi de conserver la cohesion, mais les rendaient plus vulnerables aux tirs, ce qui ne pouvait pas etre payant a terme

Se trouvant impuissant, Crassus commis une deuxieme erreur : il envoya ses fantassins legers, rapides et armés d'armes de jet, contre les cavaliers parthes, avec son fils a leur tete.
Ils se firent entrainer par les cavaliers et finalement extermines par la cavalerie lourde.
Cela mis le moral des romains au plus bas, d'autant que les cavaliers legers revenaient harceler les romains.

Crassus decida alors de mettre ses legions en tortue afin de les proteger des fleches, mais la manoauvre est tres complexe car cela demande aux lignes de se deplacer, et de changer d'orientation de facon synchrone, or la manoeuvre s'effectua sous les tirs ennemis, et des legionnaires commencerent a lacher leurs armes et a s'enfuir.
Devant la desorganisation entrainee par cette manoeuvre et le bas moral des romains, le general parthe decida de charger cette masse avec sa cavalerie lourde, et se fut le massacre total.

Les remedes apportes par les romains

Pourtant, lors des guerres suivantes contre les Parthes, les legions romaines ne remporterent que des succes faciles sur le plan tactique, a tel point que bien souvent les parthes laissaient les romains s'enfoncer dans leur territoire pour ne mener que des guerres de harcelement.

Qu'est ce qui avait changé ?

1) les frondeurs
l'ajout de frondeurs accompagnant les legions leur offrit la possibilite de frapper les cavaliers legers et les cavaliers lourds, a une distance au moins equivalente de celle des arcs courts parthe, ce que ne pouvaient pas faire les pilum romains
Il en resulte que les cavaliers adverses prenaient maintenant un risque en s'avancant pour harceler les legionnaires, et ils ne pouvaient plus se baser sur leur mobilite superieure pour eviter les coups

2) un nouveau pilum
un pilum different fut doté aux legions, augmentant sa portee et surtout sa puissance de penetration
Il en resultat qu'on considere qu'il etait possible de stopper une charge de cataphractaires par un lancer de ces nouveaux pilum par une legion bien organisee !
Les cavaliers lourds ne pouvaient plus charger en toute impunite, car ils etaient frappes durement avant d'arriver au contact, ce qui diminue grandement leur effcacite

3) une nouvelle armure
la cotte de maille des romains fut remplacee par l'armure a lamelles supperposee
Bien que tous les historiens ne soient pas d'accord sur les zones geographiques de dotation de cette armure, il est evident que cette nouvelle armure protege efficacement contre les fleches des arcs courts Parthes
Pourquoi les romains s'en seraient alors prives a l'est pour ne doter que les regions de l'ouest ?
Toutefois l'archeologie n'a pas permis de decouvrir ces armures en grands nombres a l'est...

Les guerres Parthiques

Pourquoi alors les romains n'ont ils jamais pu battre le royaume Parthe de facon definitive ?

En etudiant les guerres contre les Parthes, il est evident que jusqu'au renouveau du royaume sous la dynastie de Perses sassanides, les defaites romaines ne sont pas due a une superiorite de l'armee Parthe
Bien au contraire, il est evident qu'avec les modifications decrites ci-dessus, l'armee romaine ne pouvait pas perdre contre une armee Parthe, sauf en cas de :

1) erreurs de commandement romain
La majorite des defaites furent la cause de grossieres erreurs de commandement, en generales causees par des circonstances exterieures ou par une trop grande confiance en soi (amenant par exemple a la capture de l'empereur Julien ce qui fut une catastrophe et obligeat les romains a une paix humiliante)

2) une nouvelle forme de guerre
Par la mise en place de veritables guerilla, les guerres contre les parthes creerent une nouvelle facon de faire la guerre
Les Parthes ont plusieurs fois laisse les romains s'enfoncer tres loin dans leurs territoires avant de declencher des emeutes et des rebellions dans les cites deja conquises
Cela ajouté a un harcelement des cavaliers parthes, a oblige plus d'une fois les romains a abandonner leurs conquetes

L'exemple le plus frappant est celui de la grande revolte des juifs contre Rome, qui eclata alors que les romains etaient en guerre contre les parthes et avaient conquis une grande partie de leur territoire.
Cette revolte menacant toutes les villes conquises et de nombreuses cites deja romaines, obligeat l'armee a reculer et abandonner le terrain conquis

(1)
Crassus etait l'un des 3 triumvirs avec Pompee et Jules Cesar.
Chacun se vit attribuer la gestion d'une region :
- l'espagne a Pompee
- l'est pour crassus, le plus riche des 3
- le nord de l'italie pour cesar

Mis a part Pompee, aucun des 2 autres n'avait un grand prestige militaire a l'epoque, ce qui amena cesar a s'attaquer a la Gaulle, et crassus aux parthes, pour son plus grand malheur

Apres la disparition de crassus et la conquete de la gaulle, cesar pouvait compter sur des legions de veterans totalement fideles, et un grand presige, en plus de sa fortune personnelle et de ce qu'il a gagne en gaulle par le butin de guerre

Pompee quand a lui refusa toujours de marcher sur Rome, sans doute plus par hesitation personnelle que par manque de puissance car il comptait de nombreux allies a Rome et il etait de loin le plus prestigieux des triumvir au depart, ayant de tres nombreuses victoires a son actifs

Entre Cesar et Pompee, cela ne pouvait plus finir qu'en guerre cilvile
La guerre civile se termina par la defaite de pompee lors de la bataille d'actium

Pompee s'enfuit vers l'egypte (pas une province romaine a l'epoque), sans troupes et sans appuis, et il fut assassine par ses officiers qui pensaient se mettre dans les bonnes graces de cesar
Ce ne fut pas le cas pour eux, mais la guerre civile pris fin, moyennant de "petits" conflits contre des partisan pompeiens

Ce n'etait qu'une guerre civile parmi d'autres dans l'histoire romaine, meme si elle amena sans aucun doute la fin de la republique romaine en ouvrant la voie pour l'empire, qui fut proclame par Auguste (Octave), apres sa victoire durant la guerre civile contre Labienus (vite elimine) et Marc Antoine (et cleopatre, ce qui marque aussi la fin de l'independance de l'egypte transformee en province romaine)
Post Reply

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests